L'association des anciens

 

L’Association Amicale des Anciens Elèves de l’ENSCI (AAAEE)

 

Fondée en 1907, elle a pour but :

- De resserrer les liens amicaux et de camaraderie noués à l’école,

- D’aider ses membres à acquérir la meilleure situation possible,

- De s’occuper de toutes questions intéressant la profession de céramiste et capables de la faire prospérer. L’association peut à cet effet, entrer en contact ou en collaboration avec tout groupement s’intéressant aux mêmes questions et adhérer éventuellement à toute organisation ayant en vue les intérêts des ingénieurs en général ou ceux de l’industrie céramique en particulier.

 

Les moyens d’action de l’association sont les suivants :

- Un comité et des groupes de travail,

- Un service emploi carrières,

- Un site Internet,

- Un annuaire nominatif de tous ses membres,

- Des bulletins périodiques et tous supports d’information  appropriés,

- Des groupes régionaux

 

 

Contact :

Armelle Cordeau – secrétaire de l’association AAAEE

Tel : 05 87 50 25 70

Courriel : contact@aaaee.asso.fr

Web : http://www.aaaee.asso.fr

 

Témoignages

Vidéo « C’est mon job : spécial Verallia responsable de secteur »

avec Elodie Lesueur, ingénieure ENSCI, promotion 2007

http://www.wat.tv/video/est-mon-job-special-verallia-6wtw3_6qqm1_.html

Vidéo “rencontre avec un diplômé ENSCI”,

Gregory Etchegoyen, promotion 2002

http://www.youtube.com/watch?v=KV_URYqG6-U&list=ULkxox8JSNT_U&index=7

Vidéo “rencontre avec un ingénieur ENSCI, en thèse”,

Charles Aharonian, promotion 2011

http://www.youtube.com/watch?v=vVzq_efthaM&list=ULKV_URYqG6-U&index=8

Angélique, promotion 2004, responsable process Fusion dans la société Arc International Cookware / Pyrex ) à Châteauroux. Domaine d’activité : verrerie historique du verre borosilicaté

Sortant d’un DUT chimie, j’ai intégré l’ENSCI en première année, poussée par le désir d’intégrer une école d’ingénieur technique. Pourquoi l’ENSCI ? Parce que ça rime avec industrie ! Outre une partie théorique essentielle, l’ENSCI vous plonge également dans la pratique et les réalités industrielles. Vous ne vous arrêtez pas aux notions de concept, vous avez véritablement le process à portée de mains, des techniques les plus traditionnelles qui vous permettent de comprendre les notions profondes de la céramiques aux techniques les plus pointues vous permettant de rentrer au cœur de la technologie. Pourquoi l’ENSCI ? Parce que la céramique, ça ne se limite pas aux assiettes, tuiles et sanitaires. La céramique, par définition, regroupe tous les matériaux inorganiques ne présentant pas de propriétés métalliques. Le champ d’application qui s’ouvre devant vous, vous semble alors quasi infini. Pourquoi l’ENSCI ? Parce que cette école est extrêmement diversifiée. Outre des secteurs extrêmement étendus (aéronautique, électronique, tuilerie, verrerie, médical, etc…), vous avez, à la sortie, la capacité de vous intégrer dans des postes divers et variés (R et D, production, process, qualité, etc…). Pourquoi l’ENSCI ? Parce que c’est la seule école en France susceptible de vous former sur des métiers aussi spécifiques que la verrerie et les arts du feu. Pourquoi l’ENSCI ? Parce qu’elle vous donne une chance de réussir quels que soient vos formations initiales. Prépa, DUT, BTS,…Chimiste, Physicien, Généraliste,… Peu importe, seules comptent votre motivation et votre envie de réussir, et à cet effet, des cours de remise à niveau vous seront proposés en début de cycle en fonction de votre provenance afin de laisser une chance à tous. A travers cette formation, j’ai pu découvrir un secteur qui me passionne. Le monde verrier ne peut compter que sur la participation de quelques milliers d’acteurs en France, ce métier est donc peu connu du « grand public » car peu représenté. C’est la découverte de ce genre d’industrie que peut vous offrir l’ENSCI.

Karen, promotion 2004, Ingénieur Support Technique, Société Saint-Gobain FORMULA Domaine d’activité : Revêtement réfractaire dans le domaine de la fonderie de précision. Paris

Après un BTS Céramique à Vierzon, j’ai intégré l’ENSCI en 2001, c’était un choix logique après ma formation. l’ENSCI, c’est pour moi une grande famille, la technologie, la tradition et l’expertise. Cette école m’a apporté une formation d’ingénieur complète, suite à ma formation de technicien. Cela m’a permis de m’ouvrir vers le domaine des céramiques techniques alors que le BTS m’aurait cantonnée aux céramiques traditionnelles. Les ingénieurs ENSCI se différencient des ingénieurs d’autres écoles par la spécialisation dans le domaine des céramiques, des verres mais aussi des liants hydrauliques. Les autres écoles me semblent plus généralistes alors que les industriels recherchent des spécialistes. Enfin, en plus de sa spécialisation, l’école aborde des sujets très divers et s’ouvre vers des domaines d’activités variés. Son nouveau cursus prépare bien l’étudiant à l’industrie. Son atout ? Beaucoup de lien avec le monde industriel et beaucoup de contact avec l’étranger.

Matthieu, promotion 2001, Ingénieur de recherche Natural Energy Institute, Hawaii Domaine d’activité : Batteries lithium / véhicules hybrides.

Je suis entré à l’ENSCI en 1998 suite à un DUT Mesures Physiques, option Matériaux et Contrôles Physico-Chimiques. J’avais choisi l’ENSCI par intérêt pour les matériaux en général, de leur extraction à leur mise en forme… l’ENSCI représentait une bonne opportunité de voir et comprendre toutes les étapes. Pour moi, l’ENSCI permet de découvrir l’étendue des applications de la céramique. Elle m’a apporté un savoir-faire, une nouvelle façon de voir la céramique et ses applications et beaucoup de connaissances. Être ingénieur ENSCI c’est aussi savoir exporter un process du laboratoire a une plus grande échelle en choisissant les bonnes méthodes. Un dernier conseil ? Tentez le coup, vous serez surpris !

Pascal, promotion 1994, technico-commercial à Nabertherm à Saint Pal de Mons. Domaine d’activité : fours industriels

J’ai intégré l’ENSCI après une classe préparatoire technologique. J’avais choisi cette école après un excellent exposé de Denis, un ancien étudiant, qui m’a donné envie de me consacrer au matériaux céramiques. L’ENSCI c’est pour moi un creuset, une famille, une méthodologie, des outils et une adaptabilité. L’ENSCI m’a tout d’abord appris à apprendre à acquérir une méthodologie dans la résolution de problèmes et des connaissances pour appréhender les problématiques des clients. L’ENSCI forme des spécialistes : nous sommes de loin les mieux formés pour résoudre les questions liées à la production, la mise en forme, la cuisson etc… Étudier à l’ENSCI, c’est apprendre à être pragmatique et rigoureux tout en ayant la curiosité du pionnier. C’est une richesse pour la carrière professionnelle et aussi pour la vie personnelle. Depuis ces dernières années, l’ENSCI a su coller aux réalités du terrain tel que le développement durable et les énergies renouvelables et autres traitements de déchets tout en gardant la tête froide pour ne pas suivre les évolutions rapides dues à des effets de mode. Elle est un subtil mélange de modernisme et de tradition. L’école est aujourd’hui en pole position en matière de recherche. Outre la qualité indiscutable des chercheurs, c’est la preuve que la céramique est la réponse aux problèmes nouveaux énergétiques et environnementaux. En choisissant l’ENSCI vous choisissez de devenir les metteurs en scène de ces solutions à l’échelle industrielle dans les années à venir.

Philippe, promotion 1985, Professeur des universités , ICGM UMR 5253, université Montpellier II, Montpellier Domaine d’activité : enseignement et recherche

Je suis entré à l’ENSCI en 2ème année suite à une maîtrise de Physique (Physique du solide) suivie à l’université Paul Sabatier de Toulouse. Pour moi, l’ENSCI est la seule école qui soit fortement orientée sur les matériaux céramiques. Elle offre une formation d’ingénieurs reconnue dans le domaine des matériaux et garde un positionnement originale dans un secteur fortement concurrentiel. Ne pas se focaliser sur le classement des écoles, mais plutôt regarder les secteurs d’emplois accessibles grâce à cette formation.

Romain, promotion 2005, ingénieur d’affaires & SAV, Anhydro France, Mantes la Ville (78) Domaine d’activité : réalisation de tour d’atomisation et d’évaporateur industriel

Avant d’intégrer l’ENSCI, je suivais une formation CPGE spécialité PSI à Evreux (27). C’est ma curiosité pour les process, le coté pratique (atelier et laboratoires) de la formation qui m’ont poussé à choisir cette école. L’ENSCI c’est pour moi que du Bonheur ! L’innovation et la révélation de mes compétences. Elle m’a apporté un savoir, une maturité, d’excellentes compétences et la découverte d’une nouvelle famille… les ENSCIens. L’ingénieur ENSCI est paré, de par sa formation pratique, aux difficultés du terrain. Les ingénieurs issus d’autres écoles sont trop théoriques et scolaires (en début de carrière). Voilà ce qui fait la différence. L’avenir est dans les céramiques, produits d’hier et innovations de demain !

Zorica, promotion 2000, Ingénieur Technico-Commerciale (ESSILOR- Paris)

École pour garçons, École traditionnelle… Pas uniquement… Être une jeune femme formée à l’ENSCI m’a permis d’intégrer une grande société française, et comble pour un ingénieur, de devenir technico-commerciale dans un domaine de pointe…Cette volonté de réussir là où on ne m’attend pas forcément, ma capacité à m’adapter rapidement à de nouveaux environnements, mon goût pour les contacts ainsi que mon esprit d’analyse, je les dois à l’ENSCI, à mes professeurs et au soutien des anciens élèves. Multiples sont les facettes de la céramique, nombreuses sont nos opportunités professionnelles à notre sortie, preuve que les meilleures écoles d’ingénieurs ne sont pas forcément parisiennes…

Céline et Arnaud, promotions 1995 et 1997, dirigeants de CERINNOV, Limoges.

Nous avons créé en 1998 la société CERLASE, spécialisée dans l’étude et le développement des interactions Laser/Matière. L’accroissement de nos différentes activités nous a amenés à nous établir sur le site d’ESTER Technopole à fort potentiel scientifique, internationalement reconnu. La concrétisation de notre projet professionnel trouve son expression dans notre investissement à CERLASE. Alors si le cœur vous en dit, que de nombreuses entreprises se créent à partir de la formation d’ingénieur ENSCI !

Olivier, promotion 1985, Responsable de production (Saint-Gobain, Le Pontet)

Après un doctorat en science des matériaux et mon diplôme d’ingénieur, j’ai intégré une PME dans le domaine des composants électroniques où j’occupais le poste de responsable développement. Cette expérience très formatrice m’a permis d’être très proche de toutes les fonctions de l’entreprise (production, qualité, technique, direction). J’ai rejoint, 3 ans plus tard, le groupe Saint-Gobain. Ce travail m’a amené en République Tchèque où, pendant 5 ans, j’avais la mission de développer l’installation de production de céramiques techniques. Aujourd’hui de retour en France, je suis responsable de production de microbilles en céramique : un nouveau domaine à découvrir, ce qui n’est pas pour me déplaire. Ma formation à l’ENSCI ? Etre concret et réaliste : la céramique est un domaine où vous vous remettez sans cesse en question et devez être pragmatique.

Pascal, promotion 1989, ingénieur-Chercheur/Expert Senior au CEA, Commissariat à l’Energie Atomique, Saint Paul lez Durance. Domaine d’activité : Energie Nucléaire

J’ai intégré l’ENSCI à la suite d’une maîtrise de Sciences et Technologie Chimie des Matériaux. J’ai choisi l’ENSCI parce que, dans les années 80, il y a eu un renouveau extraordinaire sur ces matériaux avec l’arrivée des nouvelles céramiques : céramiques supra-conductrices, céramiques pour application thermomécaniques, céramiques pour applications spatiales (à l’époque, il devait y avoir la navette européenne HERMES), céramiques pour applications aux matériaux composites. L’ENSCI c’est pour moi les Céramiques, les Matériaux, la Compétence, la Recherche, et surtout deux années pleines et extraordinaires (je suis rentré en 2ème année). L’ENSCI c’est une formation unique en France en Matériaux Céramiques, un enseignement haut de gamme en Sciences des Matériaux avec des Professeurs et des Chercheurs passionnés par leur métier, une transmission de leur passion (je suis devenu chercheur), une formation réelle au métier d’ingénieur, un esprit d’équipe, un apprentissage pour partager et travailler en commun, de vrais amis. La connaissance des matériaux Céramiques est délivrée en France uniquement par l’ENSCI. Dans mon parcours professionnel, j’ai rencontré des ingénieurs venant d’autres formations travaillant dans le domaine des céramiques. Aucun n’avait le niveau de connaissance globale dans le domaine des matériaux céramiques acquis à l’ENSCI. L’ENSCI, a su garder ses spécificités dans le domaine des céramiques même si de plus en plus d’écoles d’ingénieur proposent des spécialisations 3ème année dans ce domaine. J’ai eu l’occasion d’encadrer directement dans le cadre de sujets de recherche des ingénieurs de l’ENSCI et j’ai pu constater leur niveau d’excellence dans le domaine des céramiques mais aussi leur réactivité et leur inventivité. Si vous êtes pris de passion pour les matériaux Céramiques, pour leur production ou leur développement, il n’y a qu’une seule école à laquelle il faut postuler : l’ENSCI.

Adeline, promotion 2006, Coordinatrice Qualité Groupe, Société RAZEL, Orsay (91). Domaine d’activité : Travaux publics

J’ai intégré l’ENSCI à la suite d’une classe préparatoire option physique-chimie. Je l’avais choisie pour sa spécialisation. A l’époque je ne voulais pas rentrer dans une école d’ingénieur généraliste où j’aurais eu l’impression d’apprendre tout mais pas réellement un métier. Mais surtout la céramique c’est l’avenir ! Alors j’ai décidé d’aller moi aussi de l’avant. Sans compter que l’école s’est donnée les moyens de nous offrir l’opportunité d’aller réaliser une partie de notre cursus à l’étranger, et pour moi c’était très important. L’ENSCI représente pour moi la « COHESION » au sein de la promo, le « SOUTIEN » des professeurs, l’« APPRENTISAGE » avec un cursus en trois ans de plus en plus spécialisé et le choix de notre orientation grâce aux options à choisir, le « BIEN ETRE » à Limoges, ce n’est pas si mal avec le recul ! et… les incontournables « CHOUILLES » le jeudi soir. Que de bons moments passés entre amis et avec les professeurs quelques fois. L’ENSCI, à travers les projets en groupe et les stages qui jalonnent le cursus, m’a apporté un certain professionnalisme. En effet, lorsque l’on est embauché la première fois, on ne connaît pas tout mais je ne me suis jamais sentie incompétente et cela est très rassurant. Sans oublier que, même sortie des murs de l’école, les professeurs sont toujours disponibles pour nous. Un e-mail, un coup de téléphone et on répond à nos questions. Je citerai par exemple notre cher Mr. Visomblin, Mme et Mr Smith, Mr. Gaillard et bien évidemment Mr. Louvet avec qui je suis toujours en relation. Je pense que c’est cela qui fait la force de l’ENSCI. Ce n’est pas une grande école par la taille, mais cela apporte un certain réconfort. L’ENSCI m’a appris également le travail en groupe qui est essentiel dans la vie professionnelle. Elle m’a appris l’altruisme et là encore c’est un facteur très important dans sa vie quotidienne. Enfin, je dois dire que plus qu’un savoir faire qui dans mon parcours post-ENSCI n’est plus mon quotidien, cette école m’a apporté une façon de faire : rigueur, sens de l’organisation, sens des priorité et esprit de synthèse. Un dernier mot sur l’école ? : « L’ENSCI ! Les maîtres du feu ! »

Cyril , promotion 2000, Chef de projet R&D, Saint-Gobain CREE, Cavaillon Domaine d’activité : Matériaux Réfractaire pour l’industrie verrière

Je suis entré à l’ENSCI après l’obtention de mon DUT Mesures Physiques à Limoges. Mon choix avait été orienté par mon goût pour les matériaux, la réputation de l’école et son réseau d’anciens bien développé et parce que j’avais la volonté de rester en région Limousin. L’ENSCI c’est avant tout le pragmatisme, une école à taille humaine, de fortes relations avec l’industrie, un réseau… Le diplôme que j’ai obtenu est bien reconnu du monde professionnel et mon intégration au sein du monde industriel après ma sortie a été immédiate grâce à ma formation et au réseau d’anciens. Aujourd’hui l’ENSCI est bien ancrée dans le monde actuel, c’est une école qui a le sens du concret, de la réalité industrielle. L’évolution de l’école est bonne et le déménagement sur le site d’ESTER en 2009 sera un plus. Enfin, je dirais aux futurs étudiants et futurs ingénieurs que le monde industriel n’est pas un monde obsolète. Nous avons besoin de chercheurs et de producteurs. N’hésitez pas à aller à contre-courant des tendances globales.

Albane, 1998, responsable de projets Stations de Contrôle Satellite, Astrium Services Ltd (branche britannique des services spatiaux d’EADS)

Avant d’entrer a l’ENSCI, j’avais fait une classe prépa Math Sup / Math Spé ( Physique et Chimie). A l’origine, je souhaitais intégrer Polytechnique et entrer dans l’Armée de Terre, mais 2 ans de classes prépa m’avaient suffi : je ne voulais pas faire 5/2 pour y arriver. Parmi les écoles que je pouvais intégrer a l’issue des concours en 3/2, j’étais particulièrement attirée par celles a caractère industriel : textiles, BTP, céramiques…. Mais finalement, mon choix d’intégrer l’ENSCI a été sentimental : il y a bien des années, mon grand-père était moniteur de gymnastique à Sèvres et entraînait, entre autres, des jeunes de la Manufacture et de l’Ecole. L’ENSCI en 5 mots ? Juste 4 : work hard, play hard. Du fait de la variété des matériaux et de la complexité des procédés céramiques, j’ai abordé à l’ENSCI tous les domaines physiques et chimiques. Élève, je me suis spécialisée dans les matériaux de construction et j’ai souvent pensé que les cours d’électronique ou d’informatique étaient sans grand intérêt. Pourtant, ces compétences techniques variées m’ont permis de faire une transition sans difficulté des tuiles et briques au vol spatial et au hardware et software pour centres de contrôle satellite. Par ailleurs, du fait de sa vocation industrielle, l’ENSCI m’a très bien préparée aux challenges que je rencontre quotidiennement : gestion d’équipes, de moyens de production, de projets, ingénierie de systèmes industriels complexes…. A mes yeux, c’est cette compétence pratique et pragmatique qui différencie l’ingénieur ENSCI de ceux issus d’autres formations. En plus des connaissances théoriques indispensables aux ingénieurs, l’ENSCI développe une aptitude à les appliquer à la réalité industrielle. Outre l’enseignement, le côté familial, convivial, de l’ENSCI est un aspect clé. Bien que les promotions soient bien plus larges qu’il y a 10 ans, l’école reste à taille humaine, ce qui permet aux élèves de développer leur personnalité et leurs passions à leur rythme. A la sortie de école, les jeunes ingénieurs ont par conséquent des caractères plus affirmés et des talents qui donnent vie à leurs jeunes CV. Cette année, 2008, je suis revenue à l’ENSCI pour la première fois depuis 10 ans et j’ai été très impressionnée par le changement. Le niveau d’entrée, les équipements, la structure de l’enseignement (en particulier, l’importance donnée aux stages industriels), même la qualité des animations du Gala, tout est passé à la vitesse supérieure. En conséquence, les élèves se savent de très bons ingénieurs et sont prêts à prospecter pour des emplois dans des industries autres que céramiques. Cependant, l’ENSCI reste une famille, un réseau, et la spécialisation de l’école sur la céramique continue d’en faire sa force. Les Ensciens peuvent aisément s’adapter à d’autres milieux, mais je n’ai pas rencontré d’ingénieurs non céramistes capables de maîtriser l’art de la terre et du feu. En résumé, je recommanderais l’ENSCI à quiconque souhaite devenir en 3 ans un ingénieur complet, armé de connaissances très variées, fermement ancrées dans l’industrie, céramique ou non.